Son passé

Byzance, Constantinople, Istanbul…ces trois noms ont désigné au fil du temps une seule et unique ville.

La première dénomination de cette ville fut Byzance, ancienne cité grecque fondée au 7ème siècle av. J.-C. par Byzas et capitale de la Thrace. Par sa situation géographique exceptionnelle, Byzance devint rapidement un centre commercial de premier ordre au sein du monde grec. En effet, du fait de la traversée du Bosphore dans la ville reliant la Mer Noire et la Mer de Marmara, le commerce de blé, d’esclaves, de cuir  et de vin transitait par Byzance.

A la vue de l’intérêt géostratégique que revêtait alors Byzance, de nombreuses puissances cherchèrent à s’allier avec elle, comme Athènes et Sparte, ou à la conquérir, comme les Ioniens au 5ème siècle av. J.-C.. Lors de la guerre du Péloponnèse durant ce même siècle, Byzance dû se soumettre successivement à Sparte et à Athènes. Sous le règne d’Alexandre le Grand au 4ème siècle av.J.-C., Byzance fut sous l’influence du macédonien malgré une résistance marquée des soldats byzantins. Cependant l’indépendance de Byzance revint avec les successeurs d’Alexandre. Par la suite, Byzance, qui tomba sous l’influence romaine comme l’ensemble de la Grèce, connut un certain déclin, à un tel point qu’elle fut partiellement détruite au 2ème siècle ap. J.-C. par les romains à la suite d’une guerre civile dévastatrice. Reconstruite quasi-immédiatement, Byzance retrouva petit à petit son prestige d’antan.

Un moment fondamental de l’histoire de la ville  eut lieu dès 324 avec le début de la fondation d’une « nouvelle Rome » à la place de Byzance par l’empereur romain Constantin 1er. Ainsi, en 330, Byzance se transforma en Constantinople, du nom de l’empereur. En plus de moderniser l’administration de la ville, Constantin 1er fit construire de nombreux édifices sous son règne, comme l’église Hagia Sophia, l’hippodrome et le palais royal. Après quelques décennies, Constantinople devint l’une des plus importantes villes de l’Empire romain d’Orient. La population de la ville ne cessera alors pas décroitre, passant de 100 000 habitants au cours du règne de Constantin 1er à 200 000  à la fin du 4ème siècle et à plusieurs centaines de milliers au 5ème siècle.

Alors que l’Empire romain d’Occident chuta en 476, l’Empire romain d’Orient avec à sa tête Constantinople resta en place. Du 7ème au 12ème siècle, Constantinople connut une période de prospérité accrue essentiellement grâce au commerce effectué entre l’Europe et l’Asie et à sa résistance face à ses différents ennemis. Un brutal coup d’arrêt eut lieu avec le pillage de Constantinople en 1204 par les croisés lors de la quatrième croisade. L’influence de Constantinople et de son empire ne fit alors que de décroître jusqu’à sa chute en 1453 par les Ottomans dirigés alors par le sultan Mehmet II. Constantinople devint alors la capitale de l’Empire Ottoman, Empire qui s’étendra de l’Afrique du Nord et des Balkans jusqu’à la Perse. Durant près de cinq siècles, les sultans ottomans successifs continuèrent à développer et à embellir la ville, refaisant d’elle l’une des plus importantes métropoles de la planète.

Le dernier changement de nom de la ville à ce jour eut lieu en 1930 suite à la chute de l’Empire Ottoman et la création de la République de Turquie en 1923. Constantinople devint alors Istanbul, qui laissa sa place de capitale du pays à Ankara tout en gardant le premier rôle sur les scènes économique et culturelle.

Mots clés des recherches aboutissant à cet article:

    tete de byzance, changement de nom contantinople istanbul